in

Man from Earth

Temps de lecture : 2 minutes

Man from Earth

 

Stupéfiant,

En 1h30, l’esprit reste captif de cet entretien avec John Oldman. Alors que le décors unique, la réalisation minimaliste et la quasi-absence d’événement non-verbaux, on se laisse envouter par cette fascinante conversation, elle aurait pu durer 3 heures supplémentaires elle n’aurait rien perdu de son intérêt.

Parce que ce film/scénario nous met face à une situation que nous aimerions vivre, l’accès et la démonstration de l’histoire de l’Homme, des raisons de notre existence, de notre morale. Nous sommes les spécialistes, le spectateur s’identifie aux collègues de cette homme, ils sont les multiples incarnations des sujets que nous aimerions lui poser.

La puissance du récit vient aussi de la réalisation. Par son minimalisme, qui ferait passer un épisode de derrick pour un chef-oeuvre d’intensité, il nous permet de nous offrir un spectacle bien plus éblouissant que toutes les scènes d’actions films de Mickeal Bay réunis : Ici c’est notre imagination qui met en scène. C’est presque l’exercice de la lecture qui est transposé en image.

La démonstration est sidérante de maîtrise, par cette interrogatoire quasi-cathartique, on peut prendre du recule sur notre histoire, notre espèce, notre civilisation, notre perception de nous même et surtout les conceptions qui engoncent cette dernière.

John Oldman est finalement comme nous, même si il vit depuis 14 000 ans, il n’a qu’une expérience humaine de l’Histoire. Il n’a que son histoire personnel, vécu à son échelle d’homme. Au final, il ne peut prendre la mesure de ce qu’il a traversé qu’en étudiant les dernières avancés des sciences. Il ne peut contextualiser sa vie qu’avec ce qu’il apprend en étant chercheur. Il mène une véritable investigation archéologique sur lui-même.

John croyait au départ que ce qu’il l’entourait été malade et finissait par mourir, il n’a pris que tardivement la mesure de sa spécificité. Il n’a pas de relique de l’époque paléolithique car comme aurait pu deviner qu’il devrait conserver un outil dépassé alors que les avancées techniques lui en proposer de nouvelle.

Quand Ken et Barbie deviennent des « hommes sandwich »